Societe

Guinée- Insécurité : L'agression des journalistes condamnée par le Syndicat de la presse!

Par africamedia224 - 28 Jan 2020 à 16:09
Guinée- Insécurité : L'agression des journalistes  condamnée par le Syndicat de la presse!

Les responsables du Syndicat de la Presse Privée ont condamné lundi, 27 janvier 2020, en faveur d'une conférence de presse qu'ils ont animée  à la maison de la presse, les agressions dont les hommes de  médias sont victimes en cette période de crise sociopolitique. 

 

“Nous savons bien que ces derniers temps,  nombreux  sont les  journalistes qui sont   menacés et inquiétés sur le terrain à Conakry et  à l'intérieur du pays. Vous avez vu, malheureusement à l'occasion de ces différentes crises que nous connaissons dans notre pays, que ça soit la crise syndicale concernant le SLECG, que ça soit le FNDC et autre. Malheureusement, des journalistes sont aussi agressés sur le terrain. C'est le cas  de notre confère Ibrahima Kalil Diallo de la radio Espace Fm, il y a aussi un autre collègue du groupe Evasion.  Aussi à l'intérieur du pays. Ils sont nombreux comme  à  Kankan, notre confrère Abdoulaye Sylla qui a été victime d'agression et  à N'zérékouré ces derniers temps qui  est notre frère Fromou Lama" a déclaré Sidy Diallo, secrétaire général SPPG.

 

Pour assurer la sécurité des journalistes sur le terrain, le SPPG  demande aux hommes de médias d'être prudents  et aux patrons de presse de créer des conditions pour la sécurité des journalistes.

 

 

“Le syndicat de la presse privée de Guinée, demande aux journalistes d'être prudents sur le terrain. Pour nous, la première sécurité d'une personne commence par soi-même. Donc, il faut qu'on soit plus prudent sur le terrain et aussi demander surtout aux patrons des associations de presse de créer des conditions afin d'assurer la sécurité des journalistes. Pour cela, nous leur demandons de créer les dortoirs au sein des locaux des médias. Un journaliste qui a une émission jusqu’à 23h 00h  ou bien un journaliste qui doit se lever tôt pour faire son émission à 5h du matin, surtout que ce journaliste pour la plupart est logé  dans des zones à haut  risque. La meilleure des choses pour nous, c'est de créer des dortoirs. Le journaliste qui a une émission à 4h du matin pour qu'il passe la nuit dans les locaux de la radio et le lendemain matin, il peut bien faire son travail avant de rentrer chez lui" a-t-il proposé.

 

 

Mamadouba  Camara