Politique

Guinée-Election : Le rallongement des opérations d'enrôlement des électeurs n'est pas prévu par la CENI

Par africamedia224 - 16 Dec 2019 à 17:44
Guinée-Election : Le  rallongement des opérations d'enrôlement   des électeurs n'est pas prévu  par la CENI

 Le président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), Me. Amadou Salif Kébé, était face  aux hommes de médias  lundi, 16 décembre 2019. Au cours de cet échange, plusieurs questions liées au processus électoral en cours ont été débattues, notamment le rallongement des opérations d'enrôlement qui ont connu  des disfonctionnements.

 

Selon Me. Amadou Kébé, président de la CENI, il n'y aura pas de rallongement sur le délai des opérations d'enrôlement, comme demandaient les uns et les autres.

 

 

"Concernant la question relative au rallongement du délai du recensement.   Nous   (CENI)    avons  fixé la date du  16 décembre.  Après tous les calculs que nous avons pu avoir, nous savions les vicissitudes  inhérentes à l'activité d'enrôlement sur le terrain. Donc, après toutes ces études, nous avons fixé le délai à 25 jours. Donc, nous, à priori, la CENI en tant que organe chargé des élections ne prévoit pas de rallonger le délai. Nous disons que nous avons pris toutes les dispositions pour la réussite de ses opérations. Mais, vous savez dans un processus électoral,  la CENI n'est jamais seule. Il y a beaucoup d'acteurs qui sont impliqués dans le processus électoral. Il y a des acteurs majeurs, mais aussi  nos partenaires. Donc, nous allons présenter les résultats, mais jusqu'à preuve de contraire la CENI n'a pas pris  l'initiative, quand bien même que ces derniers temps, il en a beaucoup été question. Beaucoup ont donné leurs arguments et ils ont souhaité à ce qu'on rallonge le délai d'enrôlement. Certains ont demandé de rallonger le délai à 15 jours, d'autres à 1 mois. Mais la CENI n'a pas envisagé de rallonger le délai... Dans notre programme, la CENI étant organe indépendant, cette question n'est pas à l'ordre du jour. De toute façon si cette question devrait revenir sur la table en plénière  de la CENI, elle sera débattue, et on en tirera  toutes les conséquences». Pour le moment, il  en n'est pas question ‘’,  a-t-il précisé.

 

 

Mamadouba Camara